top of page
Rechercher

Immobilier d'entreprise : les promesses des bâtiments low-tech

Faire aussi bien avec moins de technologie, de ressource, de consommation d'énergie, de déchets… tel est le principe de la démarche low-tech, qui consiste à concevoir et construire les bâtiments et la ville de manière frugale et robuste, sans renoncer à la technologie mais en la remettant à sa juste place en fonction des besoins.

C'est pour relever ce défi que s'est créé un petit groupe d'acteurs de l'immobilier, de l'aménagement, de la construction et de l'énergie autour de Paris&Co, l'agence de l'innovation de Paris et de sa métropole, en répondant à un appel à projets de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Groupama Immobilier, Grand Paris Aménagement, SNCF Immobilier, l'Arep - l'agence d'architecture pluridisciplinaire de SNCF Gares & Connexions -, BNP Paribas Real Estate et GRDF réfléchissent ensemble depuis fin 2021 sur l'approche low-tech de l'immobilier afin de répondre aux enjeux écologiques, climatiques et socio-économiques des villes de demain.

« L'idée est de mettre du bon sens dans l'innovation et de s'inspirer notamment des bonnes pratiques du passé pour favoriser les alternatives au tout technologique », indique Iswann ALI BENALI, responsable observatoire ville durable de Paris&Co, copilote de la démarche avec Atelier 21, un think tank spécialisé dans la transition énergétique.

Cette façon d'innover autrement met au coeur de son approche la simplicité de l'usage des bâtiments, l'économie des ressources et la facilité de maintenance. Réhabilitation et sobriété énergétique des bâtiments, procédés constructifs biosourcés, réemploi des matériaux, approvisionnement local, réversibilité des usages, réparabilité des systèmes techniques de fonctionnement des immeubles sont ainsi autant de champs d'innovation explorés par le groupe de travail.

Ce dernier a structuré sa démarche en élaborant une méthodologie qui repose notamment sur la définition de critères clés pour guider les projets immobiliers de ce type.

« Nous avons identifié huit caractéristiques essentielles d'un bâtiment low-tech, parmi lesquelles sa sobriété, sa robustesse dans le temps, son utilité, son impact social, son accessibilité technique à tous… », explique Catherine Papillon, directrice développement durable et RSE de BNP Paribas Real Estate.

Sur cette base, le groupe de travail a sélectionné dix solutions ayant le plus fort potentiel de faisabilité et de déploiement à l'échelle urbaine, comme le fait de réutiliser le foncier vacant, d'adapter les bâtiments aux usages, de concevoir des immeubles bioclimatiques, de se protéger du soleil plutôt que de climatiser, de construire avec les ressources locales, de promouvoir les mobilités douces des salariés…

« Notre démarche low-tech englobe toutes les opérations éparses d'immobilier vertueux qui sont déjà réalisées », résume Eric Donnet, directeur général de Groupama Immobilier.



5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page